Comment Jouer la Fin de Partie aux Échecs

Comment Jouer la Fin de Partie aux Échecs

de lecture - mots

Jouer pour un coup chanceux, bien que rarement découvert, a définitivement une réputation dans la communauté des échecs. Cette situation est appelée "jouer pour un coup facile", ou "cheapo" pour faire court. Je suis sûr qu'une place attend le joueur titan qui peut apprendre à maîtriser même une technique comme celle-ci pour être surnommé ainsi, mais je m'égare.

Pour assurer la cohérence d'une fin de partie gagnante, il y a quelques principes quintessentiels à respecter :

  • Lorsque vous êtes en avance par la force matérielle (nombre de pièces), vous devez commercer comme le marchand ambulant d'un marché aux puces chinois.
  • Évitez de faire des gaffes de dernière minute en domptant votre ego et en jouant la sécurité.
  • Si vous avez un avantage sûr, prenez votre temps pour arrêter tout contre-jeu potentiel de votre adversaire.

L'échange de pièces est une idée particulièrement utile si vous êtes sûr de vous retrouver en finale avec un avantage matériel d'un pion ou plus. Vraiment ? Juste un pion, dites-vous ? Si vous avez réussi à dépouiller votre adversaire de toutes ses pièces, à l'exception du roi et de quelques pions ou d'une pièce mobile, rappelez-vous que vous avez probablement des pions passés (ceux qui sont passés en territoire ennemi) qui peuvent être utiles pour une promotion vers une reine ou une pièce inférieure.

Puis, sans défense, votre adversaire tremblera en sachant qu'il est dans le pétrin. Gardez juste à l'esprit, pendant que vous vous lancez dans des échanges qui vous font claquer des doigts, que l'avantage matériel, bien qu'étant le point de départ le plus évident d'une victoire globale, n'est pas la seule propriété de la stratégie échiquéenne.

Si vous ne développez pas la force de frappe de votre armée, vous pouvez être pris au dépourvu par la structure supérieure des pions de votre adversaire ou par son niveau de mobilisation. Vous devriez essayer de trouver un bon équilibre entre la défense et un empêchement pressant qui fait avancer vos propres plans.

N'oubliez pas de ne pas négliger votre développement positionnel, de renforcer votre avantage matériel si vous en avez déjà un, et enfin de tuer dans l'œuf tout dernier espoir de votre adversaire en éliminant ses menaces restantes avant qu'il ne trouve le moyen de vous faire regretter de ne pas l'avoir fait.

Vous pouvez comprendre ici les stratégies de base des fins de partie aux échecs. Un problème commun aux joueurs d'échecs est qu'ils peuvent créer des stratégies efficaces pour l'ouverture et le milieu de la partie mais ne peuvent pas faire de même pour la fin.

En disant cela, nous avons pensé compiler une liste de conseils généraux pour vous aider en particulier vers les derniers stades de la partie.

Voici comment jouer la finale aux échecs :

  • Faites sortir le roi au centre de l'échiquier.
  • Préparez votre prochain coup
  • Échangez le Cavalier contre un Fou.
  • Les pions doivent rester ensemble
  • Poussez vos pions passés
  • Centralisez vos pièces
  • Gardez la milice en bande
  • Contrôlez les fichiers avec vos tours
  • Synchronisez toutes vos pièces
  • Pensez défensivement si vous êtes en train de gagner

1. Sortir le roi :

Si les pièces sur le plateau se sont réduites à tous les pions et peut-être à une ou deux autres pièces, votre roi peut être la meilleure pièce pour attaquer les pions de votre adversaire et défendre les vôtres. Pour gagner une partie dans les derniers stades du jeu, vous devez avoir un roi actif et centralisé.

Cependant, si vous avez encore un grand nombre de pièces sur le plateau qui peuvent être utilisées pour monter une défense, déplacer votre roi n'est peut-être pas la meilleure idée. Vers la fin de la partie, si vous avez suffisamment de pièces pour parer toute attaque de votre adversaire, vous n'avez pas besoin d'utiliser votre roi. Dans ce cas, laissez votre roi dans sa position et concentrez-vous sur l'attaque de votre adversaire en utilisant vos autres pièces.

2. Préparez votre prochain coup :

La plupart des joueurs, qu'ils soient amateurs ou professionnels, pensent que la tactique et le calcul ne jouent un rôle que dans le milieu de partie. Mais, en particulier avec les pièces insignifiantes, vous devez analyser avec précision vos coups. Il peut s'agir d'un simple calcul, comme compter une course de pions passés dans une finale de roi et pions, ce qui est une situation fréquente.

Il peut également s'agir de certaines des variations les plus complexes, qui nécessitent des calculs plus compliqués. Lorsque les pièces sur l'échiquier diminuent un peu, il est impératif de développer un don pour calculer au moins 5 pas en avant du positionnement actuel, apprenez à cultiver cette compétence au fur et à mesure que vous jouez des parties. Ne sous-estimez jamais l'importance de l'une de vos pièces, chacune est aussi importante que l'autre, surtout dans les scénarios de fin de partie.

Si votre adversaire capture l'une de vos pièces importantes plus tôt, vous serez en difficulté. Ne pensez pas que vous pouvez déplacer vos pions sans en calculer les répercussions ; chaque mouvement a son importance. Que se passe-t-il si vous déplacez tous les pions devant le roi et qu'il n'en reste aucun pour défendre le roi ? Rappelez-vous, calculez habilement chaque coup avant de le faire.

3. L'échange - Fou ou Cavalier ?

Dans une position ouverte (moins de pièces sur le plateau), le fou est la pièce la plus forte, tandis que dans une position fermée (plus de pièces sur le plateau), le chevalier est le meilleur choix. Un fou peut se déplacer facilement s'il y a des diagonales ouvertes et le chevalier peut sauter par-dessus un piège de pions bloqués ; cela dépend donc du stade auquel se trouve le match lorsqu'on décide d'échanger ces deux pièces.

4. Les pions restent ensemble :

N'oubliez jamais d'éviter d'isoler vos pions car il est difficile de les protéger de votre adversaire ; vous ne voulez pas perdre un temps précieux à tendre la main pour protéger vos pions mais vous ne voulez pas non plus les perdre. Les pions doublés sont également problématiques car ils peuvent restreindre la mobilité. Pour éviter ces problèmes de pions en fin de partie, des ouvertures et des milieux de partie bien calculés sont nécessaires.

5. Le bon moment pour échanger les pièces :

C'est l'une des meilleures tactiques de fin de partie que d'échanger vos pièces si vous pouvez en tirer un avantage matériel ou si vous avez l'avantage matériel sur l'échiquier. Cependant, soyez prudent lorsque vous échangez des pions s'ils sont cruciaux pour votre stratégie de fin de partie.

6. Faites attention en déplaçant vos pions :

Planifiez correctement vos déplacements vers la huitième rangée s'il est crucial de promouvoir une reine. Utilisez votre roi et laissez-le être le chef de file. Déplacez la pièce vers le point le plus éloigné possible de l'échiquier. Pendant ce temps, n'oubliez pas d'avancer les pions également.

Les pions changent le jeu ; ne les perdez pas sans raison. Cependant, si leur sacrifice sert le plus grand bien (permettre à un autre pion de se transformer en reine), sacrifiez autant de pions que possible.

7. Les pions et l'élan :

Les échecs sont pleins de stratégie et vous pouvez souvent avoir besoin d'un coup supplémentaire pour prendre l'avantage ; ce coup supplémentaire peut ne pas sembler si bénéfique, mais à la fin d'une partie, il peut tout signifier. Par exemple, lorsque deux pièces du roi se retrouvent face à face. Dans ce cas, la pièce qui se déplace en premier perd du territoire et peut être coincée dans un coin. Garder un pion à proximité dans de tels cas sera pratique car vous pourrez jouer des coups "morts" avec eux.

8. Frappes à deux volets - Promotion de pions :

Lorsque vous approchez de la fin de partie, votre adversaire se retrouve souvent avec des pièces limitées. Ces pièces peuvent s'avérer insuffisantes pour défendre l'échiquier aux deux extrémités, donc si la situation favorise cette stratégie, utilisez des pions aux deux extrémités de l'échiquier afin de pouvoir en promouvoir au moins un. Faites d'abord une analyse rapide et attentive pour voir si au moins un de vos pions peut théoriquement être promu, car vous ne voulez pas les envoyer en mission suicide.

9. Centralisation du roi et des pions :

Un roi joue un rôle important lorsque vous atteignez la fin de partie, car il devient une pièce offensive. Déplacer votre roi au centre de l'échiquier devient avantageux car il peut alors soutenir vos autres pièces de manière plus rapide.

Jouez tous les coups que vous pouvez pour placer votre roi au centre de l'échiquier, puis luttez pour maintenir cette position. Lorsque le roi est placé au centre, il peut se déplacer vers l'aile reine ou son côté selon la situation. La centralisation du roi réduit également les mouvements du roi adverse, donc ne laissez pas le roi adverse obtenir la position centrale. Les autres pièces aussi deviendront plus lourdes si vous les centralisez et donc le fait de déplacer la plupart de vos pièces au centre vous donnera le dessus dans le jeu, surtout dans les scénarios de fin de partie.

10. Placement agressif des tours :

Rappelez-vous qu'à l'exception du roi et de la reine, la tour est la pièce la plus importante de l'échiquier. Faites avancer votre tour en position d'attaque. Une tour bien placée peut changer la direction du jeu et peut également vous aider à gagner la partie.

En plaçant vos tours de manière agressive, vous pouvez limiter les mouvements de vos adversaires. Si vous avez mal placé une tour, perdez n'importe quel pion pour que votre tour gagne une position active. Cependant, cela ne doit être fait que lorsque votre tour obtiendra une bonne position agressive, ne gaspillez pas vos pions pour une position insignifiante.

11. Synchronisation de toutes les pièces :

Au début de chaque partie, on vous donne une variété de pièces pour une bonne raison. Ne vous concentrez pas uniquement sur le développement de quelques pièces ; vous devez toutes les développer pour obtenir le plus d'avantages possible. En fin de partie, ne laissez pas de pièces traîner à ne rien faire, vous devez organiser toutes vos pièces et les faire se compléter les unes les autres. Cela va dans le sens de l'adage populaire qui dit : "Ce qui compte, ce ne sont pas les cartes que vous avez, c'est la façon dont vous les utilisez".

12. Gardez la milice en bande :

Vos pièces sont comme une formation d'armée et elles doivent se déplacer comme une seule ensemble. Ne les séparez pas. Planifiez votre stratégie de manière à ce que l'adversaire ait du mal à vous attaquer. Vous devez trouver un moyen de déplacer l'ensemble de votre groupe sans sacrifier aucune des pièces ; notez-le mentalement et entraînez-vous à déplacer vos pièces ensemble tout en maintenant une solide formation défensive.

Ne laissez pas quelques pièces en plan et laissez votre adversaire les prendre lentement ; vous perdrez rapidement la partie si vous faites cela.

13. Fiches et rangées de tours :

Faites de votre mieux pour obtenir un avantage matériel sur les colonnes de tours et les rangées où votre tour active est actuellement placée. Échangez vos pions pour affaiblir la stratégie de pions de votre adversaire. Cela obligera l'ennemi à adopter une position défensive et passive qui vous profitera énormément. Pour y parvenir, développez toutefois l'instinct de positionner efficacement et agressivement les tours en fin de partie ; analysez vos parties et voyez si une position supérieure a pu être ouverte.

14. Pensez défensivement si vous gagnez :

Il est plus facile de gérer vos pièces vers les situations de fin de partie car il y en a beaucoup moins. Cela dit, si votre matériel dépasse celui de vos adversaires, adoptez une approche défensive et ne faites pas de mouvements imprudents car, soyons réalistes, vous êtes déjà en train de gagner et il n'y a aucun risque à jouer avec des stratégies dont l'issue n'est pas claire. Prenez des routes calculées dans ces périodes de temps pour assurer votre victoire.

Nous sommes maintenant convaincus qu'avec ces conseils et votre expérience par la pratique, vous aurez développé une compréhension beaucoup plus approfondie de la façon de jouer une bonne fin de partie. Cependant, n'arrêtez pas votre apprentissage ici, il y a encore beaucoup à apprendre.